Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 mars 2010 7 28 /03 /mars /2010 21:58
welcome



Réalisateur : Philippe Lioret

Distribution : Vincent Lindon, Firat Ayverdi, Audrey Dana

Durée : 1h50

Simon, maître nageur et quadragénaire en crise après la séparation avec sa femme Marion, est confronté à Bilal, jeune migrant kurde, qui souhaite apprendre à nager pour traverser la Manche et retrouver sa fiancée en Angleterre.
 
Welcome est certainement l'un des films récents les plus importants du cinéma français pour son ambition de faire cohabiter la dramaturgie d'une histoire romanesque avec un propos politique cinglant, photographie de notre société atrophiée par les interdictions qui l'asphyxient et d'un gouvernement qui fait résonner de façon troublante l'histoire la plus sombre de son pays. 

La réussite totale du film tient certainement à la délicatesse qu'emprunte Lioret pour nous sensibiliser au drame des clandestins, de la jungle de Calais, sans sortir l'artillerie lourde ou le pamphlet militant.

C'est ici avant tout du cinéma pur jus qui nous tient du début à la fin.
L'écriture du scénario est fine, précise, sans emphase ou sensiblerie.
Le film est sobre et sonne ainsi terriblement juste par son réalisme.
Lorsque le cinéma français fait vibrer sa fibre engagée et qu'il tente de raconter quelque chose, cela fonctionne remarquablement d'autant qu'il s'agit d'un réalisateur qui a un vrai regard, un vrai métier dans la direction des acteurs, l'écriture du scénario ou les choix de mise en scène.

Le choix des acteurs est également impeccable.
Vincent Lindon incarne remarquablement le personnage de Simon. Cet acteur dégage une épaisseur, une intensité dans le regard et à la fois un naturel étonnant. 
L'histoire d'un homme rustre, certainement mal dans sa peau dont on perçoit, sans que cela soit expliqué, les raisons de son divorce avec sa femme, laquelle s'engage dans la vie associative et prend ainsi une route incompatible avec la morosité et l'indifférence de Simon.
De la même façon, on perçoit beaucoup de la psychologie des personnages sans que rien ne soit souligné : l'empathie progressive du commissaire, les frustrations du voisin de part  les rumeurs qu'il répand et tout ce que peut donc ressentir Marion à l'égard de son mari.

Pourtant Simon se révèle progressivement aux autres et à sa femme qu'il cherche clairement à reconquérir, mais il se révèle surtout à lui-même et ce qui pouvait sembler artificiel au départ devient pour lui une raison de continuer à vivre.
Toutefois le film ne tombe pas dans la facilité de décrire la solidarité aux autres comme unique moteur, tout comme Simon ne devient pas l'humaniste parfait, restant bourru et parfois un peu con et violent. Lindon, acteur entier, ne joue certainement pas la comédie plus que cela et arrive même à nous faire rire par sa nature rustre.

Certaines scènes sont poignantes et choquantes comme celles qui décrivent les tentatives avortées de voyages en camion ou ce morceau de bravoure où Bilal traverse la mer à la nage.
Le cinéma prend le dessus sur la réalité. On comprend que c'est un grand film dont la tension dramatique et l'émotion vont crescendo jusqu'au bout.

Welcome ressemble à plus d'un titre à l'excellent The Visitor (2007) qui dépeignait les centres fermés en Angleterre à travers l'histoire d'un prof d'université exsangue, incarné par le terrible Richard Jenkins, et d'un jeune migrant qui lui redonne goût à la vie.

Lioret derrière la maîtrise et la prudence avec laquelle il aborde son sujet, ne rechigne devant rien et prend le risque de mettre en relief le sort de ceux qui sont accusés d'aide aux réfugiés avec celui des résistants condamnés pour avoir hébergé des juifs.

Pourtant il n'invente rien, et l'on pourrait comparer le climat de délation et de menace qui pèse aujourd'hui sur les citoyens, avec le régime de Vichy et ses collabos.
Car enfin, n'oublions pas que le ministre Besson, pour qui d'ailleurs le film est une insulte, menace, quoiqu'il en dise, de 5 ans de prisons ceux qui veulent aider les autres.

Ceci méritait bien que l'on s'y arrête avec un film de cette trempe...

Note : 4,5/5
 

Partager cet article

Repost 0
Published by Ruben Falkowicz - dans Drames
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Ruben Falkowicz
  • Le blog de Ruben Falkowicz
  • : Critiques de films. Cinéma et DVD
  • Contact

Recherche