Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 octobre 2009 1 12 /10 /octobre /2009 21:25





Réalisateur : James Cameron.

Distribution : Linda Hamilton, Arnold Schwarzenegger, Michael Biehn .

Il est souvent intéressant de revenir, quelques années plus tard, sur les films cultes qui ont marqué une génération. 
Terminator en fait partie et avant la sortie du dernier opus Terminator Salvation (2009), il me semblait important ( tout est relatif ) de reprendre les origines du mythe.
L'histoire est relativement simple : les hommes, suite à un holocauste nucléaire, tentent de résister aux cyborgs qui font la loi dans le futur, mais commençant à se faire dézinguer, ces derniers tentent de prendre un sérieux raccourci et d'envoyer notre bon vieux terminator dans le passé zigouiller la mère de celui qui a foutu le boxon, afin qu'il ne naisse pas... (le morveux)

Si James Cameron n'a pas l'envergure d'un Ridley Scott, on peut néanmoins considérer sa série Terminator ( I & II ) comme une grande réussite et  un cap important pour l'histoire du cinéma de science-fiction.

Le film, aujourd'hui peut-être plus que jamais, est extrêmement efficace.
Certains effets spéciaux ont certes vieillis ( contrairement au deuxième volet bluffant à ce niveau ), mais la nervosité des scènes, le rythme soutenu de l'action et les morceaux de bravoure ( scène du commissariat ) en font une production qui n'a rien à envier aux films actuels qui nous saturent d'effets spéciaux, mais restent pour la plupart bien mous. 

Jamais Cameron ne s'épanche outre mesure dans aucune complaisance sentimentale et préfère au contraire distiller un pessimisme prévoyant de sombres desseins pour ses protagonistes.
Finalement, malgré le budget colossal de l'époque, le film va droit au but et reste so(m)bre et précis.

Certes les acteurs ne brillent pas par leur charisme ( même si Linda Hamilton est délicieuse et que Schwarzy remplit parfaitement son office), mais leur présence n'est que secondaire tant prime ici l'action et ses poursuites de bagnoles qu'on savait rendre musclées à l'époque.

Finalement Terminator fait partie de ces films qui sont datés mais tiennent la route sur la durée en compensant avec une imagination anticipative débordante. On pense à Robocop (1987) et Total Recall (1990) du même Paul Verhoeven, ou à Blade Runner (1982) qui en est l'exemple le plus emblématique et le chef d'oeuvre en matière de science fiction.

Note : 4/5


Partager cet article

Repost 0
Published by Ruben Falkowicz - dans Science fiction - fantastique
commenter cet article

commentaires

Ruben / Cinewicz 03/11/2009 22:28


J'aurai l'occasion bientôt de parler de T2.


Jérôme 02/11/2009 20:05


un premier volet génial dont la noirceur fait qu'il surpasse, à mon avis, le second volet.


Shin 15/10/2009 19:06


Bonjour Ragrati,

6,4 millions de dollars, ce n'est quand même pas ce que j'appellerais un "budget colossal". Pour comparaison, celui de Blade Runner que tu cites en exemple était très nettement supérieur : 28
millions de dollars (soit près de 4,5 fois plus, et le film a été tourné deux ans avant qui plus est) !

De ce fait, ça rend vraiment la prouesse artistique de ce très grand réalisateur qu'est James Cameron d'autant plus remarquable. Parce que, franchement, parvenir à rendre crédible un tel univers
futuriste, en se donnant l'envergure d'un blockbuster alors que le budget était celui d'une série B, je dis chapeau.

Le second, qui disposait lui d'un budget de 120 millions (soit près de 19 fois plus ! un record à l'époque !) et d'une technologie plus moderne, a très logiquement mieux vieilli. Mais compte tenu
des contraintes techniques et financières à l'époque du premier, on peut difficilement lui en tenir rigueur à ce niveau-là...

Amicalement,

Shin.


falké 13/10/2009 10:26


Ca c'était du cinéma, c'est bien vrai!! Tiens, ça m'a donné envie de me revoir les 2 premiers :-)


Présentation

  • : Le blog de Ruben Falkowicz
  • Le blog de Ruben Falkowicz
  • : Critiques de films. Cinéma et DVD
  • Contact

Recherche