Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 novembre 2009 6 07 /11 /novembre /2009 15:56






Réalisateur
 : Andrew Niccol

Distribution : Uma Thurman, Jude Law, Ethan Hawke.

Difficile de faire le pitch d'un pareil film, non que cela soit difficile mais, autant le dire d'emblée, on a aussi peu envie de parler de Gattaca que de le revoir ...
Alors oui, il s'agit d'une réflexion anticipative et pseudo futuriste d'un monde où il serait possible d'effectuer la sélection génétique des individus.

Le film était peut être d'une grande audace il y a 10 ans pour justifier un tel engouement, mais aujourd'hui le message tombe à plat ou bien la réalisation n'est pas à la hauteur d'un tel sujet car dés les premières images, certes, bien lêchées, on s'ennuie sec.
Peut être que l'idée d'une société eugéniste, fasciste qui tend à tout recycler et privilégier l'élite au détriment de ceux laissés sur le carreau n'est finalement plus une anticipation mais bien une réalité actuelle  ? 

Comme si cela ne suffisait pas, le réalisateur cherche à nous faire croire que seule la volonté suffit à faire tomber les barrières aussi démesurées soient elles ? Cela donne lieu à des scènes farfelues, compliquées et improbables dans lesquelles Ethan Hawke s'en sort toujours juste parce que son pote génétiquement parfait, mais en fauteuil roulant, a pissé pour lui dans le bocal ...
Alors à l'arrivée il accomplit son rêve mais nous, on s'en fout depuis longtemps.
Si le message est que, dans une société fasciste, il faut se débrouiller pour réussir individuellement mais pas de chercher à faire tomber le système, alors ça devient en plus douteux... 

Le comble, dans ce film lisse, froid et insipide, est qu'on ne bénéficie même pas d'une fin haletante ou bourrée d'effets spéciaux, quelque chose à se mettre sous la dent donc... 
Gattaca est prétentieux et cherche à garder sa ligne psychologique jusqu'au bout : aucun rythme, aucune action, aucune intrigue, avec des acteurs  totalement désincarnés,  alors que le potentiel d'Uma Thurman et Jude Law est quand même énorme (pour Ethan Hawke, par contre, mes doutes sont sérieux), sans parler du tapis musical ( que dis-je, de la moquette !) que nous impose Michaël Nyman. C'est désormais l'écoeurement avec ce genre de pathos que l'on retrouve également chez un Phil Glass (The Hours, The illusionnist, Note of a scandal, etc ...)

Heureusement Andrew Niccol (à ne pas confondre avec Mike Nichols) se rattrapera avec l'excellent Lord of War (2005).

Fuyez ce piège et revoyez Blade Runner qui reste un film indémodable.
Peut être finalement que le film de science-fiction est celui qui parvient à susciter la réflexion sans chercher à proposer un calque alternatif à son époque ?

Note : 1/5

Partager cet article

Repost 0
Published by Ruben Falkowicz - dans Science fiction - fantastique
commenter cet article

commentaires

Laterna Magica 27/12/2009 12:31


Oh ! Oui effectivement, tu as du passer complètement à côté ^^. Pour moi aussi, l'un, sinon LE, des plus grands films de SF de ces 10-15 dernières années. Ils sony pas si nombreux..


Jérôme 08/11/2009 18:22


je te trouve sévère avec un film de SF que j'ai beaucoup apprécié il y a quelques années. Il faudrait que je le revoie, ça fait longtemps. En tout cas, je pense que cette critique risque de ne pas
faire l'unanimité. Tant mieux, c'est toujours intéressant !


Vlad 08/11/2009 15:08


J'ai pour ma part beaucoup aimé ce film que j'ai découvert au cinoche. Je le trouve vraiment intéressant et bien maitrisé.


Ruben / Cinewicz 08/11/2009 13:01


En tous les cas, j'étais peut être mal luné, mais je suis resté hermétique

Beaucoup de films SF sont maintenant à l'image de la musique : froid et insipide

Je pense à The Island, mais là au moins y avait de l'action
Je pense que le film Clones doit être similaire


Ruben / Cinewicz 08/11/2009 12:32


Lol c'est Stanislav ?


Présentation

  • : Le blog de Ruben Falkowicz
  • Le blog de Ruben Falkowicz
  • : Critiques de films. Cinéma et DVD
  • Contact

Recherche