Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 janvier 2017 5 13 /01 /janvier /2017 04:22


 

Réalisateur : Justin Lin

Distribution : Chris Pine, Zachary Quinton Karl Urban, Simon Pegg ...

Durée : 122 min
 

La suite des aventures de l'U.S.S Enterprise aux confins de la galaxie.

Il s'agit du 3ème volet de cette nouvelle franchise. Les deux précédents ayant été tournés par J.J. Abrams lequel, accaparé par Star Wars, a passé le relai gardant toutefois un oeil sur la production.

Sans comparer ces deux univers mythiques de la S.F. dans lesquels chaque geek marquera sa tendance, comme d'autres choisissent entre les beattles ou les rolling stones, force est de constater que star trek ne prétend pas au même impact sur des générations de fan que ne le fait star wars.
Après un premier volet intéressant où Abrams plantait le décor et installait les personnages, campant les célèbres protagonistes de la série, les 2 suivants n'ont plus grand chose à raconter. Ils renvoient d'ailleurs à l'ennui que pouvaient susciter les épisodes de la série, à une époque où l'on se contentait des moyens techniques du bord, et qui puisaient ainsi leur charme dans cette désuétude qui nous rend nostalgique aujourd'hui, comme peut le faire également Cosmos 1999.

Mais c'est précisément cela qui  pose problème ici : malgré la débauche de moyens techniques l'ennui demeure, l'esthétique du film restant terriblement artificielle, avec des déguisements, des maquillages qui semblent déjà tendre vers la même désuétude.
Les images de synthèse lissent toute aspérité, nous gardant à distance de ce que vivent les personnages, de même que leur psychologie morne faite de poncifs ou morales qui laissent sans voix : "c'est la mort qui nous permet de rester en vie" ou "l'union fait la force". Même un Simon Pegg devient fade et insignifiant, ce qui semble être désormais sa tendance lorsqu'il s'éloigne de Nick Frost.
Un consensus moral donc, fait de bons sentiments, qui aggrave une intrigue sans intérêt composée des traditionnels rebondissements prévisibles, trahisons et tentatives du méchant à vouloir contrôler l'univers.

C'est étonnant à quel point aucune imagination ou innovation ne semble pouvoir intéresser l'industrie du cinéma dans ce type d'entreprise et comme le film se termine sans que l'on ait jamais eu l'impression qu'il ait commencé.

Tout cela dans un esprit des plus sérieux, puisque toute tentative d'humour ne dispose d'aucune aspérité à laquelle s'accrocher.

Note : 1,5/5

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Ruben Falkowicz
  • Le blog de Ruben Falkowicz
  • : Critiques de films. Cinéma et DVD
  • Contact

Recherche